Les cadavres dans les violences de masse et les génocides: impensés sociaux et dénis académiques

Le 4 février 2015, dans le cadre du séminaire ESOPP, Elisabeth Anstett, anthropologue et Jean-Marc Dreyfus, historien, présenteront la recherche qu’ils dirigent, à l’échelle planétaire, sur la destinée des cadavres issus des violences de masse et génocides. Soutenu par l’European Research Council, ce projet pluridisciplinaire compare, sur tous les continents, le sort fait aux cadavres et au corps des victimes, depuis l’étape de leur destruction jusqu’à celle de leur commémoration, dans les configurations de crimes de Lire la suite