Les enjeux de la consanguinité. Interdits sociaux, enquêtes savantes, préoccupations politiques

Séminaire du 6 mai 2015

La consanguinité (entendue ici au sens d’unions consanguines, c’est-à-dire entre individus ayant un même ancêtre, réel ou supposé, et, du point de vue de la biologie moderne, de l’hérédité commune) reste aujourd’hui encore, dans un certain imaginaire, marquée par le tabou et le stigmate, quand elle n’est pas tout bonnement assimilée à l’inceste. Comment une pratique matrimoniale aussi fréquente, voire valorisée, que la consanguinité s’est-elle retrouvée associée à l’anormalité et à une longue série de maladies et de « tares » ? Y répondre impose de tenir compte, tout à la fois : de la diversité des Lire la suite

Le logement, outil de traitement du social ?

Le 4 mars 2015, le séminaire ESOPP porterasur la dimension sociale du logement à travers la question de son statut d’occupation, entre propriété et location.
Danièle Voldman (CNRS) présentera une  intervention intitulée « Propriétaires et locataires depuis la Révolution française « . Elle portera sur les rapports entre propriétaires et locataires depuis 1789, rapports caractérisés par une tension permanente entre défense de la propriété et protection des locataires.
Dans une seconde intervention intitulée « Léon T.  ou La découverte de la propriété », Hélène Frouard (CNRS) se penchera sur les politiques d’accession à la propriété dans la première moitié du 20e siècle, en montrant comment le passage du locatif à la propriété, via l’endettement, a été pensé par les pouvoirs publics comme une forme de protection des classes populaires urbaines.

Mercredi 4 mars prochain de 15h à 19 h, EHESS, salle du conseil A, 190 avenue de France, 75013 Paris

Les cadavres dans les violences de masse et les génocides: impensés sociaux et dénis académiques

Le 4 février 2015, dans le cadre du séminaire ESOPP, Elisabeth Anstett, anthropologue et Jean-Marc Dreyfus, historien, présenteront la recherche qu’ils dirigent, à l’échelle planétaire, sur la destinée des cadavres issus des violences de masse et génocides. Soutenu par l’European Research Council, ce projet pluridisciplinaire compare, sur tous les continents, le sort fait aux cadavres et au corps des victimes, depuis l’étape de leur destruction jusqu’à celle de leur commémoration, dans les configurations de crimes de Lire la suite

Reprise du séminaire collectif de l’équipe ESOPP

Mercredi 1er octobre, l’équipe ESOPP reprend les travaux de son séminaire collectif. Au programme 8 séances consacrées à l’auto-fabrication des populations, abordée à partir de thèmes variés, de la gestion des cadavres dans les violences de masse au sport comme outil d’intégration nationale.
Ce séminaire est ouvert à tous sur inscription. Contact : esopp@ehess.fr
Programme détaillé Lire la suite

Les années 1970 : quel tournant pour les politiques sociales en France ?

Les apports des années 1970 semblent sous-évalués par la recherche, alors que des populations (notamment celles dites « vulnérables ») ayant jusqu’alors peu bénéficié de la croissance des trente Glorieuses deviennent désormais des cibles prioritaires pour de nouvelles politiques sociales en France et que nouvelles orientations sont données aux politiques en cours. Comment ces politiques sont-elles débattues et construites ? Dans le cadre de cette séance, nous nous interrogerons sur la façon dont le rôle de l’État social et ses orientations deviennent l’objet d’importants débats pour la gauche française dans un contexte de début de crise économique. Nous analyserons également, au travers l’exemple des politiques familiales, le rôle de l’expertise des sciences sociales dans l’élaboration des politiques sociales en au cours de ces années 1970

Séminaire ESOPP du mercredi 4 juin 2014, 15h-19h, organisée par Christophe Capuano

Avec :

  • Marc Lazar (Sciences Po) « La gauche et l’Etat en France dans les années 70. L’exemple du Parti socialiste »
  • Jérôme Minonzio (CNAF/Sciences Po) « L’expertise des sciences sociales au service des politiques familiales : évolution et débats au cours des années 1970 »

Lieu : EHESS, 190 avenue de France, 75013 Paris, Salle du conseil B (R-1)

L’alimentation, un objet scientifique ?

 A partir de la fin du dix-neuvième,  stimulé par de nouvelles théories économiques, sociales et biologiques, l’horizon d’une alimentation scientifique devint un élément majeur du projet biopolitique des Etats en voie d’industrialisation. Sur des terrains aussi éloignés que la France ou le Japon, la première moitié du vingtième siècle vit cette nouvelle science portée par une intensification de la circulation transnationale des savoirs et incarnée par des réformateurs sociaux qui y voyaient le moyen de gouverner les individus jusque dans leurs pratiques les plus individuelles. Il s’agissait non seulement de former le nouvel individu consommateur à intérioriser des normes de comportement rationnelles, mais également de mieux évaluer les effets physiologiques des conditions de travail modernes, et de gouverner les corps pour les rendre plus conformes aux besoins de l’industrie et de la nation. Cependant, on tentera aussi de voir si, loin de n’être qu’une expression du biopouvoir moderne, cette science de la nutrition ne fut pas également au service du mouvement social et du développement de la citoyenneté.

Cette séance de séminaire consacrée au gouvernement des populations et  à la scientifisation de l’alimentation au vingtième siècle est organisée par Bernard Thomman  dans le cadre du séminaire ESOPP.
Invités :
Martin Bruegel (Inra), La campagne pour une alimentation rationnelle : physiologie et économie en France au début du XXe siècle
Bernard Thomann (Inalco/Esopp), Sciences du travail, nutrition et salaire minimum au Japon (1920-1959)
Commentaire : Françoise Sabban (EHESS)

références bibliographiques :
Kenneth J. Carpenter, Protein and Energy. A Study of Changing Ideas in Nutrition, Cambridge University Press, 1994, pp. 77-141
Anson Rabinbach, The Human Motor: Energy, Fatigue and the Origins of Modernity, Berkeley, University of California Press, 1992

Lieu et horaire : mercredi 2 avril de 15h à 19h, à l’EHESS, salle du conseil B. Adresse : 190 avenue de France, 75013 Paris, Métro quai de la gare.