Les cadavres dans les violences de masse et les génocides: impensés sociaux et dénis académiques

Le 4 février 2015, dans le cadre du séminaire ESOPP, Elisabeth Anstett, anthropologue et Jean-Marc Dreyfus, historien, présenteront la recherche qu’ils dirigent, à l’échelle planétaire, sur la destinée des cadavres issus des violences de masse et génocides. Soutenu par l’European Research Council, ce projet pluridisciplinaire compare, sur tous les continents, le sort fait aux cadavres et au corps des victimes, depuis l’étape de leur destruction jusqu’à celle de leur commémoration, dans les configurations de crimes de Lire la suite

Cartographier l’espace social de la «vie» et de l’hygiène sociale (France, entre-deux-guerres)

Henri Sellier, Édouard Toulouse, Léon Bernard, Georges Pernot, Just Sicard de Plauzoles, Henri Vignes, l’abbé Jean Viollet, Justin Godart, André Honorat, Henri Gougerot, Maurice Letulle, André Calmette, Georges Risler… Ces noms disent forcément quelque chose aux historiens travaillant sur les politiques de la famille, de la santé ou de population de la première moitié du XXème siècle, ou ayant croisé ces thématiques dans leur recherche. Mais on ignore souvent la réalité du poids de ces personnalités dans la nébuleuse « biopolitique » de l’entre-deux-guerres, et les liens associatifs ou institutionnels qui les rapprochent les uns des autres demeurent encore largement inexplorés. En collectant les listes de membres des divers comités et ligues mobilisés contre les « fléaux sociaux » (dénatalité, cancer, syphilis, tuberculose etc.) durant les années 1920 et 1930, il est possible de cartographier l’espace social d’un champ réformateur moins préoccupé par la « question sociale » que par la quantité, la qualité et la moralité de la population française. Constituer une base des acteurs de ce champ et de leurs affiliations permet ainsi de dépasser l’histoire des débats et des idées pour montrer quels sont les réseaux opérationnels qui œuvrent, en pratique, à l’avènement d’une France plus saine et plus peuplée.

Lire la suite

Un jour/Un document – Les ouvriers ont-ils tous la même « valeur »? La hiérarchisation des ouvriers en fonction de leur nationalité

DSC01213

Dans le cadre des travaux du Haut Comité consultatif de la Population et de la Famille, préparation d’un « Projet pour un plan de l’immigration étrangère » par Georges Mauco en 1945. Ce projet implique une importante sélection ethnique. Ce tableau sur la valeur des ouvriers selon leur nationalité est annexé au projet. Il utilise différents indicateurs (sans que l’on sache comment ils sont construits) pour hiérarchiser les ouvriers en fonction de leur aspect physique, de leur régularité au travail, de leur production à la journée et aux pièces, de leur mentalité (docilité), du degré de satisfaction, de la maîtrise de la langue française. Ces indicateurs doivent donner une apparence de scientificité à la hiérarchisation des nationalités d’ouvriers. Les plus recherchés sont les voisins européens (à l’exception des Grecs); quant aux ouvriers nord-africains, ils se trouvent en bas de classement.  A.N (Pierrefitte), 19860269/1.

Un jour / Un document – La construction à crédit d’un pavillon vers 1920

archives 2

Dessin de la façade de la maison de Gaston V., 1924, (Archives de Paris, Perotin 8126/77/1, 152)

En 1924 Gaston V, contremaitre imprimeur, se rend au siège de la Société  Centrale de Crédit immobilier.  Il a en effet acheté un an plus tôt un petit terrain à Houilles, en banlieue parisienne et souhaite y faire construire une maison. Ses revenus sont trop modestes pour qu’il y parvienne sans aide.  Avec ses 10 000 francs de revenus annuels,  l’ouvrier fait vivre sa femme – sans emploi – ses deux enfants et sa belle-mère. Les 4 000 francs d’économies qu’il a amassés sont insuffisants. Il fait donc appel aux services de la SCCI.

Lire la suite