Les enjeux de la consanguinité. Interdits sociaux, enquêtes savantes, préoccupations politiques

Séminaire du 6 mai 2015

La consanguinité (entendue ici au sens d’unions consanguines, c’est-à-dire entre individus ayant un même ancêtre, réel ou supposé, et, du point de vue de la biologie moderne, de l’hérédité commune) reste aujourd’hui encore, dans un certain imaginaire, marquée par le tabou et le stigmate, quand elle n’est pas tout bonnement assimilée à l’inceste. Comment une pratique matrimoniale aussi fréquente, voire valorisée, que la consanguinité s’est-elle retrouvée associée à l’anormalité et à une longue série de maladies et de « tares » ? Y répondre impose de tenir compte, tout à la fois : de la diversité des disciplines engagées depuis le XIXe siècle dans l’analyse de ses « bienfaits » ou « méfaits » ; de l’évolution historique de la notion même de consanguinité et de ses usages ; de la transformation des pratiques et des normes socio-démographiques (structures familiales, règles de parenté, etc.) ou juridiques ; et enfin des préoccupations (bio)politiques croissantes, depuis la fin du XIXe siècle.

Avec :
Elodie Richard (CNRS) : « Controverses scientifiques et juridiques autour des mariages consanguins à la fin du XIXe siècle »
Luc Berlivet (CNRS) : « Du bon usage de la consanguinité : l’enquête de Corrado Gini sur “l’hybridation raciale” des indiens du Mexique (années 1930) »
Fabrice Cahen (INED) : « Consanguinité, endogamie et luxation de la hanche en Bretagne sud : les enquêtes de Jean Sutter (années 1950 et 1960) »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *