Les cadavres dans les violences de masse et les génocides: impensés sociaux et dénis académiques

Le 4 février 2015, dans le cadre du séminaire ESOPP, Elisabeth Anstett, anthropologue et Jean-Marc Dreyfus, historien, présenteront la recherche qu’ils dirigent, à l’échelle planétaire, sur la destinée des cadavres issus des violences de masse et génocides. Soutenu par l’European Research Council, ce projet pluridisciplinaire compare, sur tous les continents, le sort fait aux cadavres et au corps des victimes, depuis l’étape de leur destruction jusqu’à celle de leur commémoration, dans les configurations de crimes de masse. Les deux exposés présenteront les effets de cet angle de réflexion novateur sur l’analyse des violences extrêmes au 20e siècle et de leur postérité. Dans le cadre spécifique du séminaire Esopp, ils contribueront également à repenser, par leur envers, la question de la régulation politique des populations à l’époque contemporaine

Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) « Substituts ou reliques ? Les transferts de cendres et de restes humains après la déportation et la Shoah, 1945-1955 »
Elisabeth Gessat Anstett (CNRS/IRIS)  « L’anthropologie sociale face aux cadavres en masse »

Bibliographie et complément :
Brannigan A, Beyond the Banality of Evil; Criminology and Genocide. Oxford, OUP, 2013.
Renshaw L, Exhuming Loss; Memory, materiality and Mass Graves of the Spanish Civil War. Walnut Creek (CA), Left Coast Press, 2011.
http://www.corpsesofmassviolence.eu/

Mercredi 4 février, 15h-19h, Paris 75013. Si vous souhaitez assister à ce séminaire, merci de contacter l’équipe ESOPP : esopp [at] ehess.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *