Cartographier l’espace social de la «vie» et de l’hygiène sociale (France, entre-deux-guerres)

Henri Sellier, Édouard Toulouse, Léon Bernard, Georges Pernot, Just Sicard de Plauzoles, Henri Vignes, l’abbé Jean Viollet, Justin Godart, André Honorat, Henri Gougerot, Maurice Letulle, André Calmette, Georges Risler… Ces noms disent forcément quelque chose aux historiens travaillant sur les politiques de la famille, de la santé ou de population de la première moitié du XXème siècle, ou ayant croisé ces thématiques dans leur recherche. Mais on ignore souvent la réalité du poids de ces personnalités dans la nébuleuse « biopolitique » de l’entre-deux-guerres, et les liens associatifs ou institutionnels qui les rapprochent les uns des autres demeurent encore largement inexplorés. En collectant les listes de membres des divers comités et ligues mobilisés contre les « fléaux sociaux » (dénatalité, cancer, syphilis, tuberculose etc.) durant les années 1920 et 1930, il est possible de cartographier l’espace social d’un champ réformateur moins préoccupé par la « question sociale » que par la quantité, la qualité et la moralité de la population française. Constituer une base des acteurs de ce champ et de leurs affiliations permet ainsi de dépasser l’histoire des débats et des idées pour montrer quels sont les réseaux opérationnels qui œuvrent, en pratique, à l’avènement d’une France plus saine et plus peuplée.

L’opération n’est simple qu’en apparence, car elle se heurte à deux obstacles : difficile obtention des informations, souvent parcellaires, et surtout grande hétérogénéité des modes de constitution des listes d’adhérents du fait de la variété des stratégies d’autoprésentation de ces associations – certaines veulent faire masse, quand d’autres préfèrent mettre en avant quelques personnalités mondaines bien choisies, ce qui pose d’épineux problèmes de comparabilité.

Par différentes techniques, on parvient néanmoins à surmonter ces difficultés et à reconstituer, à partir d’une base de plus de 2000 individus, un paysage étonnant où les oppositions idéologiques attendues comptent moins que les appartenances multiples et les connexions transversales. L’ambition d’un tel projet n’est pas négligeable : remettre en cause de manière empirique les distinctions doctrinales établies entre « natalisme », « hygiénisme », « familialisme » ou « eugénisme » – des mouvances dont l’influence repose alors probablement moins sur ce qui les sépare que sur ce qui les unit.

 

Fabrice Cahen et Adrien Minard

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *