Un jour / Un document – La construction à crédit d’un pavillon vers 1920

archives 2

Dessin de la façade de la maison de Gaston V., 1924, (Archives de Paris, Perotin 8126/77/1, 152)

En 1924 Gaston V, contremaitre imprimeur, se rend au siège de la Société  Centrale de Crédit immobilier.  Il a en effet acheté un an plus tôt un petit terrain à Houilles, en banlieue parisienne et souhaite y faire construire une maison. Ses revenus sont trop modestes pour qu’il y parvienne sans aide.  Avec ses 10 000 francs de revenus annuels,  l’ouvrier fait vivre sa femme – sans emploi – ses deux enfants et sa belle-mère. Les 4 000 francs d’économies qu’il a amassés sont insuffisants. Il fait donc appel aux services de la SCCI.

Fondée en 1911 par des philanthropes, cette société  est l’un des premiers organismes à proposer des crédits immobiliers aux classes populaires. Avant la grande réforme des prêts hypothécaires des années 1960-1970, seuls les plus aisés peuvent emprunter des sommes suffisantes pour acheter ou construire un bien immobilier. D’ailleurs, moins de 5% des habitants de la Seine sont propriétaires… Mais en ce début de siècle, l’Etat souhaite développer l’accession à la propriété pour les travailleurs : à une époque où la protection sociale n’existe pas, posséder un petit bien semble la meilleure protection en cas d’accident de la vie. Une législation est donc adoptée : elle permet à des organismes homologués par l’Etat de prêter les sommes nécessaires à des familles modestes.

Comme le souligne un contemporain, il s’agit de « prêter 80 %, plus assurance et frais ; parfois donc 90 % ou 100 % du bien à… des insolvables » – ou à tout le moins à des foyers modestes et donc fragiles…   Ainsi, si Gaston V.  est mis au chômage, s’il tombe malade.. qui remboursera son emprunt ? C’est pour répondre à ces interrogations que la SCCI fait très attention lors de l’octroi des prêts. Elle n’accepte d’avancer les sommes demandées à notre contremaitre imprimeur qu’après une enquête auprès du voisinage, afin de vérifier le sérieux de l’homme, et une attestation de son employeur.  La loi oblige également Gaston V. à contracter une assurance en cas de décès. Enfin, lors de la signature du prêt qui se déroule dans les locaux parisiens de l’institution  en présence de son directeur, Gaston V et son épouse reçoivent un document récapitulant de nombreuses informations, dont la durée du prêt et le montant des annuités.  La SCCI souhaite s’assurer que le couple est parfaitement au courant des modalités du contrat qu’il va signer.

Le 27 juin 1924, Gaston obtient enfin les 22 384 francs (assurance décès comprise) demandés. La somme est prêtée au taux de 3,5% par an. Il devra la rembourser en 21 ans, c’est à dire avant son 65e anniversaire, comme le prévoit la loi. Un bouleversement certain dans la vie de cette famille, qui louait jusqu’alors un logement à un vicaire, pour 430 francs par an, et doit désormais rembourser 1523 francs annuels..

La famille se lance donc dans la construction. Le plan est dressé. Il est assez grossier dans sa facture. Ce n’est pas un « bleu d’architecte » mais probablement un document dessiné par l’entrepreneur  qui construira le bâtiment. Le recours à un architecte n’est en effet pas encore obligatoire, et  nombre des familles qui ont construit leur logement grâce à un prêt de la SCCI ont recours à un entrepreneur de leur voisinage ou de leur connaissance.

P1020055

La SCCI contrôle le plan. On voit d’ailleurs les marques rouges  ajoutées par ses services sur le plan ainsi que son tampon, SCCI. Elle vérifie que celui-ci est conforme aux normes qu’exige la loi – présence d’un WC intérieur ou extérieur par exemple. Elle vérifie surtout que le bâtiment est solide et bien conçu : c’est lui en effet qui sert de garantie au prêt ! Une assurance en cas d’incendie a d’ailleurs été contractée par Gaston à la demande de la SCCI.  Le pavillon construit est modeste et typique de ces constructions ouvrières de l’époque : un couloir central dessert la cuisine, la salle-à-manger (qui sert peut-être de chambre) et la chambre du rez-de chaussée. A l’étage, les combles permettent d’abriter une seconde chambre. La maison a l’eau courante et des WC intérieurs, un luxe pour l’époque.

La SCCI vérifie également la situation de la maison : document archivesest-elle accessible depuis Paris ? Comment ?

 

Tous les mois pendant 21 ans, Gaston envoie ses remboursements par mandat-carte à la SCCI. Enfin, en 1946, la famille atteint son but. Cette année-là, notre futur propriétaire écrit à l’organisme en demandant « de [lui] faire savoir si ce mandat est bien le dernier pour [ses] annuités. Dans l’affirmative, quelles formalités [a-t-il] à faire pour régler pour obtenir [son] certificat de propriété ? « . Les formalités sont rapidement réglées. Comme 11 500 autres familles clientes de la SCCI, les V. sont enfin devenus avec l’aide de l’Etat les heureux propriétaires d’une maison familiale en région parisienne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *